• Expo 25 Lataste Les gens qui

    Carole Lataste, Les gens qui

    Expo 25 Lataste

     

    L'invitée et ses invités

    J'ai invité Carole Lataste qui invite les gens qui ...

    C'est une grande joie de l'accueillir pour cette exposition-performance participative, de dessins et de gestes. Carole Lataste pense comme un arbre et travaille dans sa tête depuis longtemps. Tout le mois de juin, elle agira pour faire sortir tout ça dans des images et des gestes et remplir la chapelle Saint-Loup avec « des gens qui ». Les gens, c’est vous, les gens c’est elle, les gens, c’est nous !

    Carole Lataste à invité pour le vernissage Patrice Luchet qui fera des lectures participatives, et le groupe 20H30 qui jouera. 

      

    Expo 25 Lataste Les gens qui

     

     

      Expo 25 Lataste Les gens qui  Expo 25 Lataste Les gens qui  Expo 25 Lataste Les gens qui  Expo 25 Lataste Les gens qui

       Expo 25 Lataste Les gens qui    Expo 25 Lataste Les gens qui    Expo 25 Lataste Les gens qui     Expo 25 Lataste Les gens qui

      Vues partielles de l'exposition. (clic dessus pour agrandir)

     

    Carole Lataste

    Carole est artiste plasticienne, diplômée de l'école des Beaux-Arts de Bordeaux et de l'University of Art de Brighton.
    Depuis toujours, la matière première de son travail, c'est les gens. 
    Ce qui l'intéresse se situe quelque part dans la relation, entre l'engagement, la responsabilité, la sincérité et la connivence. 
    Elle travaille avec le dessin, le son, la photographie, l'installation, la performance publique, le texte et aime fabriquer des objets multiples.

    Pour mener une recherche autour du livre et de ses mises en vie, elle a créé en 1996 l'association des éditions N'A QU'1 ŒIL. 

    Au sein de cette structure qui lui prend tout son temps, elle explore des projets de commissariats d'événements artistiques  et des projets d'art participatif dont le "BLABLABLA, petits dictionnaires illustrés de tout le monde",  recueils de paroles qu'elle définit comme comme "un travail encyclopédique au plus près de l'autre".

    Carole Lataste fait également partie de deux collectifs :
    - le collectif kla xon, association de graphistes à tendance radicale (création de tout supports et peinture de vitrines) ;
    - et le collectif LoS MUCHoS, dans lequel elle explore des expérimentations d'art contextuel et vivant (lectures, création de journaux quotidiens sur scène, etc.). Ecouter Los MUCHoS ici : https://losmuchos.bandcamp.com

    Voir aussi le portrait de Carole Lataste sur 10point15 ici : https://10point15.com/portrait/carole-lataste/

     

    Patrice Luchet 

    "Patrice Luchet travaille essentiellement la publication orale, notamment lors de lectures uniques établissant une relation avec le public. A travers quelques courts textes biographiques, prenant des moments de crises vécues par des êtres comme Beregovoy, lors d’un changement de cap politique, élaborant des narrations autour d’un personnage qui ne serait rien d’autre qu’un collègue. Patrice Luchet s’interroge sur la mise en forme sonore de ses textes où la narration et le poétique se rejoignent. Dans ses recherches en écriture, en lecture publique ou en intervention artistique, il met en place un travail de poésie relationnelle. Il fait partie du collectif Boxon (http://tapin2.org/boxon). Il est notamment publié aux éditions Contre-pied, Moire et Série discrète. "

    http://tapin2.org/luchet-patrice

    Expo 25 Lataste Les gens qui

     

    Les gens qui 

    Pour cette exposition, Carole va, pour la première fois, montrer ce qu'elle garde dans sa tête depuis des années : à partir d'un travail photographique et de ses "collections de gens", elle élabore une série de gestes qu'elle traduit en dessins sous-titrés, en sculptures, en textes et en performances. 
    Dans cette installation, elle choisit d'inviter les gens ; ce sont eux qui feront l'exposition, qui donneront du sens à son travail : dans les gens, il y a plein d'autres et que l'autre, c'est à chaque fois quelqu'un.

     

     

    préparation Expo Carole Lataste      

    les gens qui…

     

    je regarde les gens

    je collectionne les gens

    les gens sont la matière première de mon travail 

    j’écris les paroles des gens

    je plastique les actes des gens

    j’expose les gens

    je joue avec les gens

    les gens font avec moi

    je me glisse dans les gens

    je classe les gens

    je suis dans les gens

    __________________________

     

    On verra entre autres des dessins au bic, certains sur l'envers d'enveloppes dépliées, papiers divers, aquarelle, feutre, crayon, outils voués autant à l'écriture qu'au dessin ou la peinture. Des savoir-faire, de la virtuosité autant dans la mise en page que dans l'éxécution, ce qui identifie pour la plupart des "gens" encore et toujours l'oeuvre en ce qu'elle peut être d'art.

    Beaucoup pourraient être qualifiés de portraits, soit en pied soit en buste : soit seuls comme en pose, déguisés comme pour des portraits d'apparat ou en groupe pris comme au naturel liés en leurs gestes, leurs actes, leurs attitudes.

    Les titres inscrits en l'oeuvre viennent insinuer le doute sur ce qu'on vient d'affirmer voir ici parce qu'ils nous indiquent qu'ils appartiennent tous à une même catégorie : LES GENS QUI

    LES GENS est un nombre indéterminé et toujours pluriel,
    ils sont le monde,
    celui qu'il ne faut pas gêner, pas déranger.
    Les GENS sont méchants, sans-gêne, hypocrites.
    "Qu'est ce qu'ils croient les gens? "
    Les GENS sont, ils elles eux vous.
    pas moi, pas toi, pas nous.
    Les GENS sont parfois de lettres ou de plume,
    Gens d'Eglise.
    Ils ont été gens de guerre, gens de pied.
    Les GENS sont des jeunes gens.
    Les GENS sont braves, les braves gens .
    Les GENS sont bons, est-ce à dire bonhommes ou bonnes femmes?
    Gens du voyage.
    Gens du spectacle.
    Gens de couleur. (Pour l'Empire colonial français, ils étaient gens de couleur parce que métisses, libres et ainsi différenciés des esclaves.)
    Gens de maison, ils ont pu être "mes gens".
    Petites gens.
    Puis: "Salut les gens" "Hey les gens vous êtes là".
    Les GENS sont les amis,
    les followers,
    les fanzouzes,
    les chéris,
    les choux,
    les vermines voire boules de pus.
    Autour de Mai-Juin 2017
    les GENS sont Vous les gens.
    Toi et toi et toi.
    Insoumis.
    Les gens sont rarement encore les Camarades.
    Les gens sont les Faiseux d'un côté et les Sachants de l'autre et qui s'opposent disent certains.
    Pour d'autres dans les mêmes périodes ils ne sont pas les gens mais le peuple, les citoyens, citoyennes, les Marcheurs puis Ensemble pour...

    QUI inscrit "les gens" comme des ou même un sujet(s) dans notre langage contemporain. 

    QUI inscrit des gens comme des individus, des singuliers additionnés
    moi, toi, lui, elle, nous.
    QUI contient "tout le monde qui ",
    des singuliers pluriel,
    y compris ceux qui me, te, nous sont inconnus, indifférents ou encore mystérieux, bref étrangers.
    Les gens QUI
    inclut au lieu d'exclure.

    Les gens QUI
    est ou sont, existent,
    mais aussi fait ou font.
    Parce que QUI engage à l'action,
    simple logique grammaticale.

    LES GENS QUI
    distingue,
    particularise,
    invite,
    engage.

    LES GENS QUI,

    toi, moi, nous,
    ainsi désignés,
    identifiés,
    pensants, penseurs,
    actifs, acteurs,
    obligés de Carole,
    invités de
    CAROLE LATASTE
    EXPOSENT. 

    Carole Lataste dit "collectionner les GENS".
    La collection est un passe-temps courant qui oblige à la recherche, l'accumulation, le classement, la conservation qui va aussi avec la présentation des choses les plus diverses. Loisir pour beaucoup, la collection peut aussi être liée à la spéculation, quand l'objet choisi l'est pour sa rareté et donc son coût. L'art en est une des catégories les plus prisée par les grandes fortunes de notre époque et ce depuis l'invention du marché de l'art au 19° siècle. 

    "Collectionner les GENS" c'est ici l'ambition de collectionner des personnes vivantes qui ne peuvent être réduites à des objets, ce qui vient à l'encontre de ce qu'est l'objet d'art, objet côté en bourse, qui passe par le biais de la représentation des corps depuis toujours ou plus près de nous la mise en scène de corps morts.
    Ont été exposées et reconnues comme oeuvres d'art des écorchés de corps humains ayant fait l'objet de plastination par Gunther von Hagens en 1995 ou des cadavres d'animaux dans des caissons de formol par Damien Hirst autour de 1993.
    A l'opposé de ces chocs spectaculaires, savants scandales entretenus par le marché de l'art, Carole Lataste procède par l'observation des gens à l'aide de notes, photographies amassées, gardées de coté, enrichies au fur et à mesure des années et qui inventent des catégories simples et ordinaires, partagées par tous. "Les gens qui cherchent leur chat" ou ceux "qui se prennent pour" "Les gens qui photographient les gens" "Les gens qui font des trous" et bien d'autres.
    Elle cultive une pensée filante en des phrases brèves "avec le moins de mots possibles" qui emplissent des carnets à propos de ce qui arrive (ou pas) à soi, aux autres. Des moments simples, anodins, inscrits de manière neutre, nue.
    Les dessins sont une émanation de ces collections là, une mise en oeuvre accomplie.

    Il y a des livres, des "polars", sur lesquels elle opère un "caviardage" qui est de supprimer certains mots par des ratures en ne gardant, par exemple, que les verbes d'action, pour un autre récit lapidaire tout en énergie ou l'utilisation du cut-up qui est de découper et reconstruire par collage un texte, des images.
    Des opérations issues toutes deux des méthodes de censure et détournées par les artistes, dans les années 1960, ce qui est de retourner les armes de l'autorité politique contre elle pour construire.
    Les interventions sous forme de déclamation-récitation-chant, performances mises en musique et souvent à deux voix écrites avec des prélèvements dans les médias, les écrits, les chansons, le langage courant, les expressions et images toutes faites, détournés en de nouvelles associations porteuses de sens critique et humoristique.

    L'art est ici dans le déplacement, la récolte, l'attention portée d'abord aux faits de sa propre vie, de celle des autres, des plus proches à ceux qu'on croise ou vers qui on va.

    Carole Lataste est elle même "LES GENS " et la première à s'épingler d'un badge dans sa collection "LES GENS QUI". Cet objet publicitaire, parfois employé par les partis politiques, collectionné dans les années 1960 est réapproprié ici en une typographie dessinée qui a souvent été utilisée par des mouvements contestaires. Le badge porte une phrase donnée à (..) ou choisie par (...) le spectateur, à moins qu'il n'affiche un autoportrait qu'il aura réalisé, désignant celui qui le porte comme participant de l'exposition. "LES GENS" sont sollicités, encouragés dans un "faire œuvre" par Carole Lataste qui les emporte avec elle dans la diversité de ses propositions.

    Les catégories choisies par l'artiste sont liées à des attitudes, des gestes, des situations, des paroles, hors des critères sociaux, professionnels, politiques, sexuels,assignés habituellement et qui nous réduisent au plus petit déterminisme commun, celui de simple consommateur de la grande variété de ce monde que nous habitons. 

    Proposés à l'autre, marqueurs de soi, badges et œuvres signent "LES GENS " comme des auteurs possibles, des personnes susceptibles d'activer, bousculer, aviver le domaine de l'art.

    Il y a dans "LES GENS QUI" un mode d'écoute, de réception, de restitution de tous les autres mis en formes de performances, de publications, d'objets, de dessins et peintures, qui en font un moment d'art révélant en légèreté et densité, les petits faits de nos vies, ceux qui jour après jour nous constituent en profondeur.
    Dans le même état d'esprit les publications BLA BLA BLA récoltent le sens des mots de chacun pour tout le monde sous forme de définitions, de dessins, de sons enregistrés en des abécédaires à partager.
    Ce qu'est notre sens commun prend ici de la hauteur, acquiert toute sa saveur.
    Délicatesse, bienveillance et partage fondent un art politique qui peut s'immiscer en nos consciences, porte l'assurance que nos habitudes, gestes, propos ont une valeur et n'ont pas à se soumettre à une parole d'autorité.
    Un art qui soutient que toute vie est à façonner, forger, former.

    Claire Paries

     

    Carole a proposé, aux ateliers et aux classes qui le souhaitaient d'être les gens qui font des choses, avant l'exposition et avant de visiter l'exposition.

                                      Expo 25 Lataste Les gens qui

     1/ REGARDER LES GENS / PORTRAITS CROISÉS. Chacun son tour, dessiner l’un avec la main de l’autre.LES GENS QUI DESSINENT LES GENS. 2/ SE DONNER À VOIR, S’AUTOPORTER / BADGES. Faire deux autoportraits, un qui reste dans l'exposition, un à porter sur soi quand on visite l'expo. LES GENS QUI MARQUENT. 3/ SE CATÉGORISER. Écrire ensemble des catégories qui caractérisent le groupe. LES GENS QUI RANGENT.

     

    Ici, la réponse spontanée d'une classe de maternelle après la visite de l'exposition :

    Expo 25 Lataste Les gens qui

     

     Retour haut de page↑